Contacts
Par email
Tél. 04.66.32.28.59
Rappelez moi Demandez un rappel
Suivez nous
Newsletter

Equitation : stages, séjours et colonies

Vous recherchez actuellement sur : Equitation
Autres suggestions

Discipline très variée, l’équitation permet aux cavaliers de s’essayer aux joies du saut d’obstacle, de la voltige, du dressage, du Cross et encore le TREC et la randonnée touristique.

Au travers de ces colonies de vacances, Sport’Eté a souhaité réaliser tous les souhaits des cavaliers et propose plus de 7 formules, chaque colonie de vacance equitation présentant un contenu différent pour ravir les grands et les petits.

Ainsi en Lozère, les séjours Esprits TREC emmènent les enfants à la ferme équestre du Mazel pour se perfectionner dans cette discipline.

Un stage équitation avec Sport été

Le stage équitation, idéal pour renouer avec la nature !

 

Au Malzieu, les plus petits apprécieront le centre équestre qui les initiera au dressage et à la voltige.

Enfin dans les Vosges à Contrexéville, le stage d’équitation en collaboration avec le Haras du Rond mettra l’accent sur la très forte progression technique au CSO avec le passage de galops en fin de séjours et une analyse vidéo en fin de séjours.

 

Les règles d’or

Pour progresser dans l’équitation et réussir toutes les étapes en atteignant la légèreté, il y a quelques règles d’or à connaître et à appliquer continuellement. Premièrement, il n’y a aucune responsabilité, mais alors aucune responsabilité à imputer au cheval, et cette règle est valable en toute circonstance. Il y a des cavaliers qui tiennent leurs chevaux pour responsables de leurs fautes, radotant que celui-ci à un caractère difficile ou même une humeur changeante. Pour autant, ils passeront le clair de leur temps à essayer de trouver la solution miracle à leurs difficultés en explorant diverses alternatives aussi farfelues les unes que les autres : changer les embouchures, essayer plusieurs enrênements, et que sais-je encore. La deuxième règle d’or, c’est que vous ne rencontrerez jamais un cheval qui soit particulièrement plus nerveux que les autres. Les gens qui n’arrivent pas à dresser leurs chevaux avancent toute sorte d’arguments pour se décharger de leur responsabilité. Ils vont même jusqu’à dire que le cheval est peureux, méchant, vicieux et autres. (Consultez le chapitre "art équestre").

Une colonie de vacances équitation

La décontraction

Elle est essentielle et impute notamment au cavalier. En fait, le cheval peut ressentir aisément toute rigidité provenant du cavalier. Comment cela se fait ? Eh ben, c’est simple. Les hommes montent des chevaux depuis plusieurs siècles, il n’empêche cependant qu’un cheval, ça n’a pas comme vocation être monté par un homme. Bien sûr, cette assertion est aussi vraie dans l’autre sens, à savoir que la meilleure posture que puisse prendre un homme, ce n’est pas en étant assis sur la selle d’un cheval. Ce qui est encore plus problématique, c’est que l’homme communique aisément ses raideurs au cheval et vice versa, le cheval communique les siens au cavalier. Ce qui nous fait un magnifique cercle vicieux. Les raideurs du cavalier partent du rein et se transmettent au cheval qui réagit aussitôt en bloquant son rein. Il n’y pas que les cavaliers débutants ou amateurs qui connaissent cette difficulté, mais aussi de nombreux cavaliers soi-disant professionnels. Les raideurs en question se propagent progressivement à travers tout le corps du cavalier. En conséquence, lorsque le cavalier a un rein flexible et délié, le cheval est flexible et élastique. En revanche, un cavalier avec un rein raide et rigide, cela donne un cheval raide, qui devient ensuite anxieux et tendu. Résultat, le cheval commence à souffrir.

Travail à la longe

Grâce à un travail sur le long terme, vous pouvez éduquer votre cheval à un rythme bien précis, et ce, au jour le jour. À la longue, vous pourrez aisément contrôler sa cadence, l’assouplir et focaliser son impulsion. Vous pouvez varier entre la chambrière et la longe. Toutefois, si vous comptez vous servir de la chambrière pour solliciter un élan brusque ou une amorce de mouvement, il vous faudra d’abord détendre la sangle du cheval. Sans quoi, celui-ci risque de mettre tout son poids sur la sangle et au final, de dévier de sa trajectoire.